Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 mars 2016

Le mystère de l’Église intérieure ou la « naissance » de Dieu dans l’âme

Le cœur métaphysique et ontologique

de la doctrine saint-martiniste

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, martinès de pasqually,illuminisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité,jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon,christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu, kirchberger,maître eckhart,origène,Martin de Barcos,Angelus Silesius, Denys l’Aréopagite,Hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,Plotin,Pèlerin chérubinique,Mysterium Magnum,Église intérieure,philosophie,métaphysique,

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum

« Le mystère de ces choses divines et spirituelles

doit pouvoir percer jusque dans notre être fondamental

(Louis-Claude de Saint-Martin, Le ministère de l’homme-esprit).



louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnumSi nous parlons d’un « mystère » de « l’Église intérieure », c’est que cette dernière forme l’invisible « communauté de la lumière », selon la singulière expression que Karl von Eckhartshausen (1752-1803) emploie dans La Nuée sur le Sanctuaire (1802), lorsqu’il écrit : « Cette communauté de la lumière fut appelée de tous temps l'Église invisible et intérieure, ou la communauté la plus ancienne.. » [1]

Cette communauté, ou « assemblée », est l’héritière de connaissances qui représentent un « dépôt », le « dépôt primitif de toutes les révélations », constituant une « doctrine » dont la base est en lien avec ce qui provoqua la chute des anges, puis celle de l’homme, ainsi que les conditions qui permettront que puisse s’accomplir la « réintégration universelle », mais dont les éléments ultimes, les lumières les plus élevées et sublimes, portent en réalité, sur la génération de la Divinité, ce qui, légitimement, participe bien du « Grand mystère » (Mysterium magnum) par excellence.

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, martinès de pasqually,illuminisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité,jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon,christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu, kirchberger,maître eckhart,origène,Martin de Barcos,Angelus Silesius, Denys l’Aréopagite,Hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,Plotin,Pèlerin chérubinique,Mysterium Magnum,Église intérieure,philosophie,métaphysique,

Les cérémonies extérieures,

Ne sont que le « voile » des vérités intérieures. 

Ce « Grand mystère », celui sur lequel veillent en son Sanctuaire les membres de l’Église intérieure, ne pouvant être compris de la multitude, a dû être préservé, protégé et voilé, car il concerne des vérités essentielles qu’il importe de ne point profaner et divulguer inconsidérément, d’où la nécessité d’en dissimuler les connaissances au sein de cette « petite Église », non oublieuse de la « sainte doctrine », qui a cessé de célébrer des cérémonies extérieures, laissées à l’institution visible où elles servent de « voiles » aux vérités intérieures : « L'Église intérieure naquit tout de suite après la chute de l'homme, et reçut de Dieu immédiatement la révélation des moyens par lesquels l'espèce humaine tombée sera réintégrée en sa dignité, et délivrée de sa misère. Elle reçut le dépôt primitif de toutes les révélations et mystères; elle reçut la clef de la vraie science, aussi bien divine que naturelle (…) Lorsqu'il devint nécessaire que les vérités intérieures fussent enveloppées dans des cérémonies extérieures et symboliques, à cause de la faiblesse des hommes qui n'étaient pas capables de supporter la vue de la lumière, le culte extérieur naquit; mais il était toujours le type et le symbole de l'intérieur, c'est-à-dire le symbole du vrai hommage rendu à Dieu ‘‘en esprit et en vérité’’ » [2].

I. Un « Rien » dans la plénitude abyssale de l'Absolu

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnumL’Église intérieure, de par la bienheureuse doctrine dont elle est dépositaire depuis l’origine, sait cependant qu’il existe, par delà les « mystères » avec lesquels il nous faut composer tout au long de nos vies - l’un portant sur la formation des choses « physiques » ou naturelles de par l’ascendant de notre complexion animale sur notre esprit et l’autre, relatif à notre être fondamental et son lien avec le « Principe », mystères qui nous fondent et nous déterminent, dont la vocation est de ne pas demeurer en permanence inaccessibles et ignorés, ceci malgré les vigoureuses condamnations de l’institution visible vis-à-vis de ces lumières, ce qui faisait dire à Louis-Claude de Saint-Martin (1643-1803) : « le malheur actuel de l’homme n’est pas d’ignorer qu’il y a une vérité, mais de se méprendre sur la nature de cette vérité » [3], nous élevant jusqu’à la compréhension intime de notre être, la fameuse « science de l’homme » dont parle Joseph de Maistre (1753-1821) [4] -, un « Grand mystère » relatif à la Divinité,  procédant de notre centre fondamental, qui n’est autre que le centre même de Dieu.

 

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,origène,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum

Le vide originaire, qu’il faut endurer,

est un « Rien »

dans la plénitude abyssale de l'Absolu,

en attente de sa génération dans l’âme.


louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,origène,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnumCe « Grand Mystère », est le « Mystère de l’Église intérieure », mystère dont on sait qu’il représente le point central, l’idée fondatrice de la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin qui, en fidèle disciple de Martinès de Pasqually (+ 1774), ne cessa d’approfondir les multiples aspects de l’enseignement de son premier maître, qu’il compléta avec ensuite, par la souveraine science rencontrée chez Jacob Boehme (1575-1624).

Ce dernier lui fit voir que l'abîme du monde est un vide de carence ontologique, c'est-à-dire un pur néant, tandis que le vide originaire, qu’il faut traverser et endurer, est un « Rien » dans la plénitude abyssale de l'Absolu, en attente de sa génération intérieure dans l’âme, ce en quoi consiste d’ailleurs la réalisation du « Grand mystère ». 

Car ce monde, qui est le « Rien », est aussi, en mode négatif, le « Tout », le lieu de l’avènement de la transcendance. Le « Néant », n’est donc pas la négation radicale de la totalité de l'existant, il est la radicale négation de l’existence finie et déterminée au sein de laquelle la transcendance fait sa brèche, réalise sa percée ; mais il n'est pas un néant pur et simple, un néant absolu, il est le néant de tout ce qui n’est pas, la négation de ce qui voile, masque, réduit et limite, il est le néant pensé à partir de l’existant en attente de sa délivrance pour accéder à l’au-delà de l’Être, il est le monde et tout ce qui existe, la négation en acte, l’acceptation et le rejet effectif des existants, le dégagement et le retrait du monde des choses créées. Le « Néant » n'est donc ni un existant ni un objet, il en est même l’exacte négation, mais il est aussi, de façon secrète, au cœur de cet existant qu'est l’homme.

 II. Le « Grand Mystère » (Mysterium magnum)

Ce « Grand Mystère » ouvre donc sur une dimension proprement « ontologique », car en fait l’ordre au sein duquel se situent les questions relatives au sacerdoce « en esprit », participe d’une région où « l’Être » et le « Non-être » entretiennent, depuis toujours, un rapport étroit, ce qui a pour conséquence de placer l’âme au cœur d’un enjeu considérable qu’il n’est pas évident de déceler derrière le rideau opaque des apparences de la réalité matérielle.

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, martinès de pasqually,illuminisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité,jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon,christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu, kirchberger,maître eckhart,origène,Martin de Barcos,Angelus Silesius, Denys l’Aréopagite,Hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,Plotin,Pèlerin chérubinique,Mysterium Magnum,Église intérieure,philosophie,métaphysique,

«Pour Dieu rien n'est près et rien n'est loin,

un monde est dans l'autre et tous ne sont pourtant qu'un monde unique ;

mais l'un est spirituel, l'autre corporel,

de même que le corps et l'âme sont l'un dans l'autre,

de même que le temps et l'éternité ne sont qu'une seule chose...(...)

 le Verbe éternellement parlant règne partout... »

(Jacob Boehme, Mysterium magnum, II, 10).

Car, si depuis l’aube des temps, l'homme cherche l'Être là où il n'est pas, c'est qu'en l'Être lui-même réside une déchirure, une absence, un vide, une carence originelle, dans la mesure où il n’est rien de ce qui est, tout en ne pouvant demeurer qu’un « rien », un « pur Néant », sans que ce qui est sur le plan ontique, ne l’engendre. Comme l’exprime magistralement Boehme : «Pour Dieu rien n'est près et rien n'est loin, un monde est dans l'autre et tous ne sont pourtant qu'un monde unique ; mais l'un est spirituel, l'autre corporel, de même que le corps et l'âme sont l'un dans l'autre, de même que le temps et l'éternité ne sont qu'une seule chose...(...) le Verbe éternellement parlant règne partout... » (Mysterium magnum, II, 10) [5].

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, martinès de pasqually,illuminisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité,jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon,christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu, kirchberger,maître eckhart,origène,Martin de Barcos,Angelus Silesius, Denys l’Aréopagite,Hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,Plotin,Pèlerin chérubinique,Mysterium Magnum,Église intérieure,philosophie,métaphysique,

Dieu reste inconnaissable,

il est impossible de le connaître,

de le penser, de le saisir par des concepts,

on peut seulement le « faire naître »… 

Dieu reste inconnu aux yeux du monde, car il ne participe pas de la réalité objective, ce n’est pas un « objet », une chose, une existence individuelle, une entité « personnelle » indépendante de nous, selon ce que l’imaginaire pieux, à tendance anthropomorphique, le donne à croire [6] ; pour savoir ce qui se cache derrière ce que l’on désigne comme étant « Dieu », il est nécessaire de modifier entièrement notre vision des choses, de s’ouvrir, par un changement de « conversion », par une authentique « métanoïa » - mετάνοια, c’est-à-dire ce qui va au-delà, « au-dessus » (mετά), du « regard » (νοέω), ou de la « vue », voire de la pensée -, en s’orientant, en se « retournant » vers ce qui est caché en nous, à l’intérieur, au plus profond de l’être, car Dieu reste inconnaissable, puisqu’il est radicalement impossible de le connaître, de le penser, de le saisir par des concepts, on peut seulement le « faire naître » en nous par un acte qui renverse les idées reçues et la « foi commune », mais si cette naissance n’advient pas, une naissance par laquelle Dieu et l’âme deviennent une seule et même substance en mode suressentiel, alors nous restons étrangers à la Divinité, en demeurant prisonniers et enfermés dans nos visions préfabriquées inexactes.

III. Le divin engendrement de Dieu dans l’âme


louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,origène,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnumSelon la doctrine de la réintégration commune à tous les disciples de Martinès de Pasqually, l’Esprit s’est aliéné dans la matière en raison de la prévarication d’Adam, fasciné par la puissance de création dont il avait été doté. Mais, dans le cadre d’une mise en œuvre de la naissance du « nouvel homme », cette connaissance n’est d’aucune utilité pour modifier l’actuel état dans lequel se trouve la créature assimilée à un « néant » de par son entière soumission au Mal qui est un pur « non-être », selon la déclaration d’Origène (v.185-254) : « Pour ce qui est de la signification du rien et du non-être, ils paraîtront synonymes, le non-être étant appelé ‘‘rien’’ et le rien ‘‘non-être’’ (…) celui qui est bon est identique à celui qui est. Le Mal ou le vice est opposé au Bien, le non-être opposé à l’Être. D’où il résulte que le Mal et le vice sont non-être. » [7]

Il faut donc entrer, pour parvenir à surmonter le « non-être », dans la compréhension de la correspondance existant entre l’élection et à la grâce, et engager l’accomplissement de l’anéantissement volontaire afin que la créature puisse se déprendre des vestiges de la réalité apparente, pour enfin, ultimement, participer  et collaborer à la génération, en nous, au centre de notre âme, de la Divinité.

louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,origène,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum

« Dieu opère dans l’âme sans aucun intermédiaire

- image ou ressemblance – mais bien dans le fond,

là où jamais ne pénétra aucune image

que Lui-même, en son Être propre. »

(Maître Eckhart, Sur la naissance de Dieu dans l’âme).


doctrine de la réintégration,réintégration,hegel,émanation,louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,origénisme,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum,rené nelliEn effet, l’âme, ou plus exactement le « très-fond » de l’âme (abditus mentis), est le saint Tabernacle où, danslouis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,hegel,origénisme,émanation,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum une « opération » qui est le mystère secret du silence intérieur par lequel, dans une « union » invisible, Dieu procède à la naissance de son Fils premier né, ainsi que Maître Eckhart (1260-1328) l’exprime : « Dieu opère dans l’âme sans aucun intermédiaire – image ou ressemblance – mais bien dans le fond, là où jamais ne pénétra aucune image que Lui-même, en son Être propre. Cela, aucune créature ne peut le faire. ‘‘Comment Dieu engendre-t-il son Fils dans le fond de l’âme ? est-ce de la même façon que font les créatures, en image et ressemblance ?’’
Croyez bien que non ! Tout au contraire : Il l’engendre exactement de la même manière qu’Il l’engendre dans l’éternité, ni plus ni moins. (….) C’est ainsi que Dieu le Père engendre son Fils : dans l’unité véritable de la nature divine.»  [8] 

Maître Eckhart fit intervenir une idée vraiment novatrice, à partir de ce qu’il nommera « les deux néants », à savoir celui de Dieu, en tant que néant originel et fondateur qui n’est rien de ce qui est, et le « non-être », celui dont est tiré l’homme, un second « néant » en tant que possibilité infinie à l’intérieur de laquelle le Créateur décide de faire surgir les êtres créés à partir de rien : ex nihilo. Et c’est précisément à partir de l’attention à l’égard de ces deux néants qui embrassent la totalité des essences visibles et invisibles, qu’Eckhart mit en lumière le rôle fondamental de l’âme de l’homme qui, par sa capacité à prendre conscience de l’être en tant qu’être - c’est-à-dire par son pouvoir unique d’appréhender et percevoir l’existence et ses multiples modalités, mais aussi de penser l’Être premier et infini - relie et unit le néant divin et le néant humain.

doctrine de la réintégration,réintégration,hegel,émanation,louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,origénisme,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum,rené nelli
doctrine de la réintégration,réintégration,hegel,émanation,louis-claude de saint-martin,cathares,catharisme,dualisme,être,non-être,néant,ontologie,ontologie négative,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,martinès de pasqually,illuminisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,religion,mystique,maître eckhart,philosophe inconnu,union avec dieu,kirchberger,martin de barcos,angelus silesius,denys l’aréopagite,origénisme,deux principes,non-dualisme,plotin,pèlerin chérubinique,mysterium magnum,rené nelli

« Vous connaîtrez la Vérité,

et la Vérité vous rendra libres. »

 (Jean VIII, 32). 

Lire la suite

dimanche, 18 octobre 2015

La pratique de la prière intérieure pour conduire l’âme à l’union avec Dieu

Méthode de l’oraison et de la contemplation mystique

selon

Louis-Claude de Saint-Martin 

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

« La prière est une échelle

avec laquelle on peut s'élever jusque dans le ciel des cieux. »

(Louis-Claude de Saint-Martin, Pensées).

 

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsayPour ceux qui en font une lecture attentive, en authentique guide spirituel Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803), nous invite à placer nos pas à sa suite dans la voie de la prière, nous conviant à cheminer, à ses côtés, dans l’approfondissement de notre connaissance de la Divinité, car il s’agit bien, pour nous, non seulement de se nourrir, en un premier temps, des souveraines paroles et bienheureux conseils du Philosophe Inconnu, mais, et il importe d’insister fortement sur ce point de par son caractère supérieur et central, de « pratiquer », à notre tour, le saint exercice de « l’oraison intérieure », de se rendre, comme nous le demande instamment Saint-Martin, assidu et fidèle avec la rencontre surnaturelle ; d’habituer l’âme au divin entretien.

Conservons ainsi en permanence en mémoire que la voie de la « prière intérieure », comme l’enseigne le Philosophe Inconnu, est une voie secrète où règnent le silence et la lumière, elle est la « voie » par excellence de la rencontre avec le divin ; celle, surtout, qui nous rend « le frère, la sœur et lamère » (Marc III, 35) du Réparateur, elle est, en raison de son caractère éminent dans l’œuvre divine, le « vrai culte d’adoration agréable à Dieu ». [1]

La prière est donc bien, en réalité, comme l’affirma à de nombreuses reprises et à juste titre Saint-Martin, qui voyait d’ailleurs en cela son grand secret, la sublime et effective opération qui permet l’éclosion, en notre interne, de la pure essence indéfinissable, de la subtile «Présence» qui est le trésor de l’esprit, celle qui donne, dans les abyssales profondeurs de notre cœur, pour notre plus grande joie et inexprimable transformation, naissance au Verbe, à « Celui » sans lequel toute vie est vaine - « la Lumière vraie qui éclaire tout homme venant dans le monde. » (Jean, I, 9).

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

La prière est la sublime et effective opération

qui permet l’éclosion, en notre interne,

de la pure essence de la subtile «Présence».

 

I.Nécessité de l’oraison intérieure

L'oraison – ou la prière intérieure, dite encore « prière du cœur » selon la terminologie de la tradition mystique -, pour Saint-Martin, consiste beaucoup moins à prier Dieu, qu'à laisser Dieu prier en nous. La véritable originalité de la prière saint-martiniste se situe dans cette profonde et radicale modification du point de vue, ce « décentrement », qui ne dirige plus son attention sur ce que l'homme fait, ou ne fait pas dans sa prière, sachant que l'oraison de recueillement des mystiques participe plus de la passivité que de l'agir, mais de ce que, précisément, Dieu fait dans le cœur de l'homme. À ce titre, on pourrait dire, en langage théologique, que l'oraison saint-martiniste est une « oraison infuse »  [2], dans laquelle et par laquelle, c'est Dieu lui-même qui est l'agent direct de la prière, le véritable agent de l'activité priante. Cela nous est confirmé à de nombreuses occasions par Saint-Martin dans ses écrits, et il en fait, sans aucun doute possible, la clé fondamentale de ce qu'il entend par le mot de « prière » : « La seule prière que nous aurions à faire ce serait de travailler continuellement à ne pas empêcher de prier en nous celui qui ne peut cesser de prier pour nous, soit en nous, soit hors de nous. Car c'est en nous qu'il aime le mieux prier, puisque nous sommes son oratoire, mais quand nous ne lui laissons pas l'accès libre, il va prier hors de nous et il emporte sa paix avec lui. » (Portrait, 635).

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

« La seule prière que nous aurions à faire

ce serait de travailler continuellement

à ne pas empêcher de prier en nous Celui

qui ne peut cesser de prier pour nous,

 soit en nous, soit hors de nous…. » 

(L.-C. de Saint-Martin, Portrait, 635).

 

Saint-Martin précise, pour que nous y soyons attentifs : « Si la nature est comme l'initiation de toutes les vérités, la prière en est comme la consommation, parce qu'elle les renferme en elle. Et pourquoi  renferme-t-elle en elle toutes les religions ? C'est qu'elle imbibe notre âme de ce charme sacré, de ce magisme divin qui est la vie secrète de tous les êtres ... » [3] Plus loin, il rajoute : « La prière est une végétation, car elle n'est que le développement laborieux, progressif et continuel de toutes les puissances et de toutes les propriétés divines-spirituelles et naturelles, temporelles, corporelles, glorieuses de l'homme, qui ont toutes été réservées et ensevelies par le péché.» [4]

Le Philosophe Inconnu nous donne d’entrevoir qu'il est de la plus haute importance d’unir, en nous, « cœur et esprit », afin qu'ils puissent collaborer, l'un et l'autre, à nous disposer à la réception de la grâce divine. Il va même jusqu'à employer une très belle image évangélique, image qui fait référence à une promesse du Christ, lorsque le Réparateur indiqua qu'il serait éternellement présent au milieu de ceux qui seront assemblés en son « Nom » (Matthieu XVIII, 20), pour donner plus de force évocatrice à son instructif discours : « La prière est la principale religion de l'homme, parce que c'est elle qui relie notre cœur à notre esprit ; et ce n'est que parce que notre cœur et notre esprit ne sont pas liés que nous commettons tant d'imprudences, et que nous vivons au milieu de tant de ténèbres et de tant d'illusions.» [5] 

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

« La prière est la principale religion de l'homme,

parce que c'est elle qui relie notre cœur à notre esprit ;

et ce n'est que parce que notre cœur et notre esprit ne sont pas liés

que nous commettons tant d'imprudences,

et que nous vivons au milieu de tant de ténèbres et de tant d'illusions… » 

(L.-C. de Saint-Martin, La Prière).

 

II. L’âme est le vrai Ciel

Dieu vit en nous, caché dans l’invisibilité du cœur ; Le Verbe s’est fait chair pour, avec le Père et l’Esprit, être vivant en nous, en notre âme et nous permettre de vivre avec lui de la vie divine : « Vous n’êtes pas dans la chair mais dans l’esprit, puisque l’esprit de Dieu habite en vous » (Romains, VIII, 9), dit justement saint Paul.

Notre âme est donc une authentique demeure céleste selon l’expression d’Origène (v.185-v.253.) : « Tu es ciel, fait pour le ciel » [6] ; de même que pour saint Augustin (+ 430) : « Portant le Dieu du ciel nous sommes ciel. » [7]  Le ciel est donc, et ceci est une haute et sublime vérité, au centre de notre âme, qui est elle-même le « Temple de Dieu ».

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

« Tu es ciel, fait pour le ciel

(Origène, In Jer., hom., VIII).

 

Voilà quelle est la vivifiante « ordination » dont nous parle le Philosophe Inconnu dans le Nouvel homme, celle qui est réalisée par cette descente dans le cœur qui, formellement et surnaturellement, institue l'être de désir « en esprit et en vérité, prêtre du Seigneur », ordination qui explique le rôle essentiel et fondamental de la créature dans l'œuvre divine. Il ne fait aucun doute que l'homme, tabernacle sacré de la Sainte Présence, « est né pour être le principal ministre de la Divinité », comme il  nous est signalé dans le Ministère de l'homme-esprit, c'est pourquoi il nous faut nous agenouiller, en notre centre, pour y entendre prier celui qui doit, après y avoir pris naissance, irradier sur nous son incommensurable lumière.

III. La prière intérieure  est supérieure aux « prières de formules » 

Saint-Martin rappelle qu'il a souvent montré, dans ses ouvrages, « combien la prière de l'homme intérieur était au-dessus des prières de formules » [8], qu'il était inutile de s'encombrer de pratiques verbales mécaniques non pensées, non exprimées avec le cœur. Qu'il était bien supérieur, dans notre oraison, de s'enfoncer en silence dans la communion à la présence de l'Eternel, qu’il était bien plus important d'être à l'écoute de celui qui habite en nous, d'unir nos puissances pour nous élever jusqu'à la contemplation de la rayonnante sainteté de l'Amour.*, plutôt que de s"égarer dans des invocations inutiles, et parfois même dangereuses.

Ce n'est pas la répétition des phrases qui compte, le nombre des mots, c'est la profondeur avec laquelle ils sont prononcés ; ce qui importe c'est la pureté d'intention, c'est la clarté de l'âme, telle est la véritable nature de la prière du cœur, la marche de la parole interne agissante porteuse de nombreux fruits, dont le principal, et le plus extraordinaire d'entre eux, est de pouvoir donner la vie à celui qui est Vie, d'accorder la lumière à celui qui est Lumière, de transmettre la vérité à celui qui est, par essence, « Vérité ».

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

« Ce n'est pas devant les yeux mais dans le cœur

que nous devrions chercher à avoir le crucifix,

que  nous devrions chercher à y avoir le crucifié,

afin de pouvoir en chasser le crucifiant 

(L.-C. de Saint-Martin, Pensées sur l'Écriture sainte).  

 

La prière intérieure véritable s’effectue dans le silence et l’invisibilité stricte, aucune sorte d’ornements ou objets visibles de nature liturgique n’est nécessaire pour son déroulement, aucune image n’accompagne cette action purement cachée, dégagée de toute référence visuelle externe, c’est une prière secrète : « Il y a un nombre infini de gens qui ne peuvent prier sans image et sans crucifix. Ils ne savent pas que la seule image qu'il nous soit permis et utile de contempler c'est nous, comme étant les seuls qui soyons à l'image de Dieu. Ils ne savent pas non plus que ce n'est pas devant les yeux mais dans le cœur que nous devrions chercher à avoir le crucifix, que même nous devrions chercher à y avoir le crucifié, afin de pouvoir en chasser le crucifiant.» [9]

IV. Le renoncement aux facultés dans l’oraison de « passivité »

Saint-Martin, a des expressions assez saisissantes de ce en quoi consiste la « passivité » par laquelle doit avancer l’âme d’oraison : « Je préfère infiniment la voie douce, simple et intérieure par laquelle la racine intime même peut se réveiller; car si cette racine intime et divinement centrale peut se réveiller elle doit apporter tout avec elle, et sa reproduction universelle ne doit plus pouvoir s'interrompre; voilà pourquoi il est si avantageux de marcher par cette voie, parce qu'alors nous n'avons pour ainsi dire plus rien à faire. Aussi dans mes moments de bien-aise me suis-je dit souvent que le commerce de la vérité finirait par être un vrai commerce de paresseux attendu qu'elle faisait tout pour nous. » (Portrait, 701).

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsay

« Les facultés humaines sont imprégnées

d’une corruption ontologique,

faisant que dans l’exercice de la prière

il convient que ce soit Dieu qui agisse et non la créature. »

(Martin de Barcos, « Sentiments sur l'oraison mentale », 1696). 

louis-claude de saint-martin,jean-marc vivenza,franc-maçonnerie,initiation,ésotérisme,martinisme,élus coëns,martinès de pasqually,illuminisme,martinésisme,pasqually,théosophie,tradition,vivenza,histoire,spiritualité,jacob boehme,karl von eckartshausen,eckartshausen,origène,fénelon,madame guyon,dutoit-membrini,christianisme transcendant,christianisme transcendantal,doctrine de la réintégration,réintégration,religion,prière,quiétisme,jansénisme,mystique,oraison du cœur,oraison de quiétude,oraison de silence,contemplation,jean de la croix,thérèse d’avila,miguel molinos,maître eckhart,antoine esmonin de dampierre,don divin,sainte oraison,philosophe inconnu,prière intérieure,union avec dieu,kirchberger,chevalier de ramsayCes lignes du Philosophe Inconnu, ne sont pas sans évoquer Martin de Barcos (1600-1678), auteur des « Sentiments de l'abbé Philérème sur l'oraison mentale », (1696), qui affirmait que les facultés humaines sont toutes imprégnées d’une corruption ontologique, faisant que dans l’exercice de la prière il convient que ce soit Dieu qui agisse et non la créature puisque l'activité humaine est désorientée dans ses actes et dans son principe, et que l'action divine, à laquelle il ne faut opposer aucune résistance, est infiniment plus parfaite et plus sainte obligeant celui qui prie à réduire, simplifier et suspendre ses facultés. [10]

Enseignant le renoncement à l'activité propre, en s'appliquant à montrer que cette activité est un «néant», les conceptions intellectuelles distinctes et discursives sont incapables d’établir un contact avec Dieu et d’obtenir sa grâce et la « connaissance surnaturelle ».

Lire la suite

dimanche, 04 octobre 2015

Comment être membre de l'Église intérieure ?

Livret-DVD

ENTRETIEN :

« JEAN-MARC VIVENZA et JEAN SOLIS » 

Enregistrement réalisé par Baglis TV

vendredi 18 avril 2014 (Vendredi-Saint)

 

 louis-claude de saint-martin, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, élus coëns, martinès de pasqually, illuminisme, martinésisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité, jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon, madame guyon, dutoit-membrini, christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, prière, quiétisme, jansénisme, mystique, oraison du cœur, oraison de quiétude, oraison de silence, contemplation, jean de la croix, thérèse d’avila, miguel molinos, maître eckhart, antoine esmonin de dampierre, don divin, sainte oraison, philosophe inconnu, prière intérieure, union avec dieu, kirchberger,chevalier de ramsay

Au cours de l’entretien qui se déroula le vendredi 18 avril 2014, jour du Vendredi Saint [1], de nombreuses questions essentielles ont été abordées afin d’éclairer des points qui, bien qu’évidemment traités et exposés dans « L’Église et le sacerdoce selon Louis-Claude de Saint-Martin », pouvaient rester encore obscurs, voire difficilement compréhensibles, tant le sujet du livre relève d’un domaine assez rarement soulevé, pour ne pas dire quasi jamais abordé dans le cadre des réflexions, légitimes et nécessaires, touchant à la voie initiatique, notamment le Martiniste que l’on devrait bien plutôt, de par la large acception polysémique de ce terme depuis la fondation en 1891 d’un « Ordre » du même nom par Gérard Anaclet Vincent Encausse (1865-1916), plus connu sous le nom de « Papus » [2] dénommer « saint-martinisme », ceci afin de signifier un réel lien de fidélité et d’adhésion vis-à-vis de la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin (1753-1803).

Ainsi, tour à tour, dans l’exercice des questions et réponses permettant une approche directe des sujets, les éléments les plus profonds du « mystère de L’Église intérieure » ont été l’objet d’un éclairage précis, circonstancié et développé, qui offrira à chacun de pouvoir bénéficier de précieuses lumières complémentaires qui seront, sans doute, fort utiles lors du cheminement spirituel.

Ces points pourraient se résumer à un seul : la nature de l’Église intérieure et du sacerdoce céleste selon Saint-Martin. Mais une foule d’autres interrogations ne manquent pas de surgir, dès que l’on touche à ces éléments, sachant que l’Église et le sacerdoce, pour le Philosophe Inconnu, relèvent d’une essence et d’une dimension bien différentes de ce que nous croyons connaître habituellement, participant ainsi d’une réalité - et pour tout dire d’un authentique « mystère » -, qui n’a son séjour et sa source uniquement dans l’Invisible.

 

 louis-claude de saint-martin, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, élus coëns, martinès de pasqually, illuminisme, martinésisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité, jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon, madame guyon, dutoit-membrini, christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, prière, quiétisme, jansénisme, mystique, oraison du cœur, oraison de quiétude, oraison de silence, contemplation, jean de la croix, thérèse d’avila, miguel molinos, maître eckhart, antoine esmonin de dampierre, don divin, sainte oraison, philosophe inconnu, prière intérieure, union avec dieu, kirchberger,chevalier de ramsay

 

A présent il s’agit de se préparer

à la réception d’une « grâce d’élection »

capable d’édifier en chacun d’entre nous

les fondements de la véritable Église

 

C’est pourquoi, un texte complémentaire en forme de développement thématique à « L’Église et le sacerdoce selon Louis-Claude de Saint-Martin » [3], accompagné d’un ouvrage indépendant et d’un entretien portant sur les points principaux de ce livre, s’imposait pour plusieurs raisons.

Premièrement parce que les questions soulevées par le sujet de « l’Église intérieure » se sont révélées d’une telle importance spirituelle et initiatique, pour la majorité des lecteurs, qu’il était devenu nécessaire d’aborder ces sujets de façon directe, de sorte de leur conférer un éclairage plus immédiat ou « concret ».

Ensuite, s’est imposée l’idée qu’une éclairage explicatif - par delà l’aspect plus directement « liturgique », quoique immatériel et non-ostensible, du culte en « esprit et en vérité » qui a été longuement développé dans un précédent ouvrage [4] -, vienne, non pas s’ajouter au livre touchant à la question du sacerdoce, mais lui conférer quelques lumières complémentaires et notamment doctrinales puisque Saint-Martin en fidèle disciple de Martinès de Pasqually (+ 1774) ne cesse d’approfondir les multiples aspects de l’enseignement de son premier maître qu’il compléta ensuite par les enseignements rencontrés chez Jacob Boehme (1575-1624), pouvant s’avérer très utiles pour tous ceux qui souhaitaient entrer, plus avant, dans le « mystère de l’Église intérieure », mystère dont on sait qu’il représente le point central, l’idée fondatrice de la perspective théosophique et mystique de la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin.

Ainsi donc, par les éléments développés, chacun pourra bénéficier de certaines « lumières » particulières et secrètes, qui lui permettront d’accéder, plus encore, à la plénitude des connaissances qui entourent le « l’Église intérieure », selon ce que soutenait Saint-Martin – à savoir qu’à présent il s’agit, dans ce qui est en jeu pour chaque âme de désir, de se préparer à la réception d’une « grâce d’élection » capable d’édifier en chacun d’entre nous les fondements de la véritable Église - désignée à bon droit comme étant « l’Église intérieure » -, afin qu’elle devienne le Temple et le Sanctuaire de la Divinité, et que dans ce devenir, l’âme donne naissance en elle, du plus profond de son néant, de l’abime dans lequel elle est plongée au sein de sa nuit ontologique, du cœur de son non-être entourée du voile opaque des apparences de la matérialité illusoire, à l’Être infini qui ne subsiste que dans son absence, ne vit et ne perdure, éternellement, que dans son retrait, et n’existe que dans sa non-existence suressentielle.

 

 louis-claude de saint-martin, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, élus coëns, martinès de pasqually, illuminisme, martinésisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité, jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon, madame guyon, dutoit-membrini, christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, prière, quiétisme, jansénisme, mystique, oraison du cœur, oraison de quiétude, oraison de silence, contemplation, jean de la croix, thérèse d’avila, miguel molinos, maître eckhart, antoine esmonin de dampierre, don divin, sainte oraison, philosophe inconnu, prière intérieure, union avec dieu, kirchberger,chevalier de ramsay

 

« Quand l'homme prie avec constance, avec foi,
et qu'il cherche à se purifier dans la soif active de la pénitence,
il peut lui arriver de s’entendre dire intérieurement
ce que le réparateur dit à Céphas :
‘‘tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon église,
et les portes de l'enfer ne prévaudront jamais contre elle.’’ »
(Saint-Martin, Le Nouvel homme, § 8).

 

THÈMES DE L’ENTRETIEN :

« JEAN-MARC VIVENZA et JEAN SOLIS » 

 

Enregistrement réalisé par Baglis TV

vendredi 18 avril 2014 (Vendredi-Saint)

DVD – 1 heure

 

I. Situation du sacerdoce chrétien

II. La prière intérieure et la liturgie de l’Église céleste

III. L’occultation de l’enseignement secret du christianisme

IV. La gnose des premiers siècles

V. L’Église céleste et les confessions chrétiennes

VI. La pratique du sacerdoce intérieur

VII. La « Société des Intimes » et l’Ordre Martiniste

VIII.  L’Église intérieure et les sacrements

IX. La Sainte Cène mystique

X. Saint-Martin et la « révélation » de l’Église divine

XI. La doctrine de la réintégration

XII. La descente de l’Esprit-Saint et le don de la Pentecôte

XIII. La grâce du « Vendredi –Saint »

XIV.  « Réconciliation » et « Réintégration »

XV. L’apocatastase est l’anéantissement du créé

en tant que « bénédiction »

XVI. La création du monde matériel a été imposée à l’Éternel

XVII. Le monde fut créé par des esprits intermédiaires

XVIII. Émanation et Création

XIX. L’homme et sa relation aux anges

XX. Saint-Martin et la théurgie

XXI. Le projet divin

XXII. Le Divin Réparateur est l’unique Grand Sacrificateur

XXIII. La voie selon l’interne

XXIV. Saint-Martin

et l’enseignement du Régime écossais rectifié

XXV.L’initiation véritable

XXVI. Le « cœur » est le lieu essentiel où advient le « mystère »

 louis-claude de saint-martin, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, élus coëns, martinès de pasqually, illuminisme, martinésisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité, jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon, madame guyon, dutoit-membrini, christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, prière, quiétisme, jansénisme, mystique, oraison du cœur, oraison de quiétude, oraison de silence, contemplation, jean de la croix, thérèse d’avila, miguel molinos, maître eckhart, antoine esmonin de dampierre, don divin, sainte oraison, philosophe inconnu, prière intérieure, union avec dieu, kirchberger,chevalier de ramsay

L’Entretien est suivi de deux textes

inclus dans le livret accompagnant le DVD :

Comment être membre de l'Église intérieure ?

Et la 

« Règle de vie abrégée de l’âme intérieure »

 

 louis-claude de saint-martin, jean-marc vivenza, franc-maçonnerie, initiation, ésotérisme, martinisme, élus coëns, martinès de pasqually, illuminisme, martinésisme, pasqually, théosophie, tradition, vivenza, histoire, spiritualité, jacob boehme, karl von eckartshausen, eckartshausen, origène, fénelon, madame guyon, dutoit-membrini, christianisme transcendant, christianisme transcendantal, doctrine de la réintégration, réintégration, religion, prière, quiétisme, jansénisme, mystique, oraison du cœur, oraison de quiétude, oraison de silence, contemplation, jean de la croix, thérèse d’avila, miguel molinos, maître eckhart, antoine esmonin de dampierre, don divin, sainte oraison, philosophe inconnu, prière intérieure, union avec dieu, kirchberger,chevalier de ramsay

Pour commander le

DVD Entretien / Livret :

L’Église et le sacerdoce selon Louis-Claude de Saint-Martin

 

Notes.

1. Enregistrement du 18 avril 2014 à Paris, filmé par les caméras de Baglis TV, d’un échange approfondi entre Jean Solis et Jean-Marc Vivenza, que l’on trouve à l’intérieur du présent DVD.

2. Papus est le hiéronyme, ou « nomen ésotérique », qu’Encausee emprunta au Nuctéméron d'Apollonius de Tyane, traduit par Eliphas Lévi (1810-1875) en 1861.

3. L’Église et le sacerdoce selon Louis-Claude de Saint-Martin, La Pierre Philosophale, 2013.

4. Le culte en « esprit » de l’Église intérieure, La Pierre Philosophale, 2014.

 

 

dimanche, 12 octobre 2014

Le culte ‘‘en esprit’’ de l’Église intérieure

La célébration de la liturgie céleste dans le Sanctuaire du cœur

selon

Louis-Claude de Saint-Martin

*

Jean-Marc Vivenza 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

       théosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

« Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, doivent l’adorer en esprit et en vérité

(Jean IV, 24).

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

« L'institution de la cène avait donc pour objet

de retracer en nous cette mort et cette résurrection

avant même la dissolution de nos essences corporelles,

c'est-à-dire, de nous apprendre à la fois à mourir avec le Réparateur

et à ressusciter avec lui.

Cette cérémonie religieuse, considérée dans sa sublimité,

peut devenir « dans nous », en réalité,

une production,

une émanation, une création, une régénération,

ou une résurrection universelle et perpétuelle ;

et elle peut, dis-je, nous transformer en royaume de Dieu,

et faire que nous ne soyons plus qu'un avec Dieu. » 

(Le ministère de l’homme esprit,Seconde partie, « De l'Homme »).

 

théosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile 

Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803)

 

Qu’il y ait un « culte » de l’Église intérieure, une célébration qui, comme le soutient Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803), faute d’être connue, conserve et place malheureusement dans l’ombre toute la dimension transcendante propre à la société céleste dont le seul Maître a son séjour dans l’Invisible, voilà qui est une évidence.

Mais il ne suffit pas de l’admettre, encore faut-il se soucier de savoir – si du moins nous considérons ce que représente l’Église intérieure, à la suite du Philosophe Inconnu, du point de vue religieux, mystique et initiatique, comme participant d’une question fondamentale, et pour tout dire la seule et unique dotée d’une dimension dépassant en solennité toutes celles qu’il est donné à chacun d’aborder au cours de sa quête spirituelle -, en quoi consiste et à quoi réfère ce « culte », quelle est sa nature véritable, sachant qu’il est vital d’être en mesure de connaître son origine et ses fondements, crucial de se trouver capable de contempler son objet propre, et, enfin et surtout, indispensable d’entrer en communion avec son essence intime afin de le pratiquer, faute quoi tous les discours sur le sujet resteront lettre morte, se réduisant à des écrits stériles, incapables de féconder en nous le précieux tabernacle où doit se dérouler la divine liturgie selon l’interne.

I. Le culte intérieur est éloigné des « vains fantômes de la nuit », que sont les pratiques externes

La difficulté principale, par delà les éléments relevant de l’établissement de l’habitation de « l’Esprit » dans le cœur de l’homme, dont on sait qu’elle advient par l’effet d’une pure grâce échappant à toute maîtrise et volonté humaine d’appropriation captatrice, mais dont nous pouvons cependant favoriser, par la prière, le silence et l’oraison, la communication dans l’âme [1], porte sur la façon dont doivent s’opérer en nous le culte céleste et les cérémonies participant de la liturgie mystérique qui se célèbre dans le cœur de l’homme.

 

théosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile 

« Toutes les religions ont un culte et des cérémonies,

toutes les doctrines religieuses ont des pratiques sensibles.

Toutes ont des formules actives,

auxquelles sont attachées des idées de puissance,

qui impriment le respect, et semblent menacer

tout ce qui s'en rend l'ennemi. (…) 

Qu'êtes-vous, vains fantômes de la nuit,

quand le soleil s'avance majestueusement sur l'horizon,

 et qu'il verse, à grands flots, sa lumière ? » 

(L’Homme de désir, § 85).

 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileBeaucoup, dans les divers systèmes religieux ostensibles, qui constituent la quasi-totalité des expressions cultuelles et formalisées du christianisme répandues dans les différentes régions géographiques, théologiques et confessionnelles du monde chrétien, sont absolument persuadés qu’ils se rendent agréables à Dieu en effectuant, avec plus ou moins de pompes ostentatoires et d’emphases expressives sacralisées, des rites comportant des chants, de la musique, des invocations, des encensements, des récitations de textes sacrés, des gestes pieux, des attitudes dévotionnelles, etc. Or, la grande intuition de Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803), ce qui, incontestablement, le distingue de par sa radicalité au sein de l’illuminisme chrétien - même si sur ce point il est en parfaite communion avec bien d’autres penseurs de ce riche courant qui se développa en Europe au XVIIIe siècle [2] -, c’est son insistance sur le fait que l’Éternel étant en dehors de toutes les formes, il est vain de se tourner vers lui avec des modalités étrangères à la nature divine : « Toutes les religions ont un culte et des cérémonies, toutes les doctrines religieuses ont des pratiques sensibles. Toutes ont des formules actives, auxquelles sont attachées des idées de puissance, qui impriment le respect, et semblent menacer tout ce qui s'en rend l'ennemi. (…)  Qu'êtes-vous, vains fantômes de la nuit, quand le soleil s'avance majestueusement sur l'horizon, et qu'il verse, à grands flots, sa lumière ? » (L’Homme de désir, § 85).

C’est pourquoi, si nous voulons nous approcher véritablement de Dieu, et non en rester à des pratiques externes qui ne sont, vis-à-vis de l’Absolu, que « vains fantômes de la nuit », alors il importe de le faire selon l’injonction même du Divin Réparateur : « en esprit et en vérité » (Jean IV, 24) [3].

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

Les pratiques externes ne sont vis-à-vis de l’Absolu,

selon le Philosophe Inconnu,

que de « vains fantômes de la nuit ».

 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileAinsi, le culte véritable qui, en raison de sa distance et son dégagement des « vains fantômes de la nuit », est désigné comme étant le « culte selon l’interne », quoique non étranger au culte ostensible célébré par les diverses confessions chrétiennes avec lequel il partage les mêmes sources évangéliques, se doit cependant d’être réellement spirituel en ne comportant rien – ou en tendant à en être le moins possible chargé –, d’images, reliquats, alluvions et vestiges dégradés du monde matériel et des « pratiques sensibles » des liturgies externes, ce caractère de dégagement purificateur, dans l’exercice d’adoration, se rapportant à ce en quoi consiste précisément le « mystère » par excellence du culte de l’Église intérieure : « Lorsque tu seras entré dans la terre promise, souviens-toi de n'y sacrifier à ton Dieu que dans le lieu qu'il aura choisi pour que tu lui rendes le culte qui lui est dû. Non seulement tu n'imiteras point ces nations impies qui ont dressé les autels sur tous les hauts lieux, sous des arbres touffus, et qui là offrent leurs sacrifices au Soleil, à la Lune, et à toute la milice du ciel, mais tu renverseras tous ces hauts lieux, tous ces autels et toutes ces idoles qui y sont honorées ; tu ne laisseras pas subsister la moindre trace de ce culte impie, selon que le Seigneur ton Dieu te l'a ordonné, et tu viendras dans le lieu que le Seigneur t'aura indiqué pour lui immoler tes victimes. Ce lieu, tu l'as déjà connu, tu l'as déjà vu, dès que tu as reçu la naissance ; car ce lieu est ce même fils chéri, conçu de l’esprit en similitude de celui qui est le fils unique du Seigneur son éternelle génération. Tu éviteras donc, avec grand soin, d'aller sacrifier au Seigneur dans d'autres lieux de ton être, que dans ce Saint des Saints qui est le seul asile sacré qu'il ait pu se réserver dans les du temple de l'homme. »  (Le Nouvel homme, § 27).

II. Nécessaire libération des cadres de la religion ostensible


Pourtant, comprendre ce que signifie « célébrer en esprit », demande certaines explications tant lathéosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile conscience de l’homme est conditionnée, formée et « programmée »,  par des siècles pendants lesquels les divers systèmes religieux  se sont livrés à un cérémonialisme externe ostensible, marquant durablement notre rapport au divin en nous interdisant d’accéder à la grande nouveauté que représente le christianisme, puisque le Divin Réparateur, de façon explicite, est venu annoncer, et prêcher, un Évangile (εαγγέλιον) – c’est-à-dire, littéralement, une « Bonne nouvelle » -, par laquelle Dieu nous est révélé selon son « être » propre et se doit d’être adoré selon son essence ontologique lors d’une opération de pure abstraction intellectuelle mettant à distance les vestiges de ce monde d’apparence en n’utilisant rien des éléments issus de la réalité matérielle, cette dernière étant par définition, en raison des conséquences de la prévarication, précisément étrangère à l’essence divine.

C’est pourquoi, si Dieu est « Esprit », alors son « adoration », ce qui signifie la manière de lui rendre notre culte, doit également, et de façon impérative si nous désirons nous conformer à l’essence divine, se faire « en esprit », de sorte d’être en harmonie réelle avec la nature transcendante de l’Être éternel et infini. 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile 

« Qu'est-ce que c'est que cette chambre haute

 où la Pâque doit se célébrer ?

C'est la pensée de l'homme

qui est revêtue du privilège de se montrer parmi les nations

comme la région la plus sublime du temple immortel

que l'Esprit Saint s'est proposé d'habiter. » 

(Le Nouvel homme, § 60).

 


théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileSaint-Martin nous demande ainsi, positivement, de célébrer la Pâque et de procéder, en notre cœur, à la commémoration de la « Sainte Cène » : « Le nouvel homme (…) a dit d'avance aux siens : ‘’Vous savez que la Pâque se fait dans deux jours, et que le fils de l'homme sera livré pour être crucifié’’. Mais comme il sait aussi que le complément de sa régénération est attaché à ce sacrifice, comme il sait en outre que ce sacrifice doit rendre la vie aux habitants de son propre royaume, il dit à quelques-uns des siens : ‘‘Allez­-nous apprêter ce qu'il faut pour la Pâque. Lorsque vous entre­rez dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d'eau, suivez-le dans la maison où il entrera, et dites au maître de cette maison que le maître vous envoie dire : Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera une grande chambre haute toute meublée. Préparez-­nous-y ce qu'il faut.’’ »(Le Nouvel homme, § 60).

III. Plus aucun voile n’interdit l’accès au Saint des Saints

Depuis la venue du Divin Réparateur et son sacrifice sur le bois de la Croix, plus aucune barrière limitative, plus aucun voile n’interdit l’accès au Sanctuaire. Désormais, chaque âme de désir, accueillant dans son cœur les vérités de l’Évangile, est en mesure - et même en droit – d’entrer librement dans le Saint des Saints, pour participer au culte divin.

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileLa conséquence de cette disparition des empêchements légalistes, de la destruction des frontières de séparation, autorise chaque âme de désir à entrer dans le Sanctuaire, à traverser le voile qui est, concrètement, la chair spirituelle du Divin Réparateur, afin de nous unir à lui en sainteté : « Car par une seule offrande, il a rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés. C’est ce que le Saint–Esprit nous atteste également. (…) Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché. Ainsi donc, frères, nous avons l’assurance d’un libre accès dans le Sanctuaire par le sang de Jésus, accès que Jésus a inauguré pour nous comme un chemin nouveau et vivant au travers du voile, c’est–à–dire de sa chair ; et nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu. Approchons–nous donc d’un cœur sincère, avec une foi pleine et entière, le cœur purifié d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’une eau pure. » (Hébreux X, 14-22).

En effet, le Divin Réparateur a entièrement bouleversé les ordonnances antiques de la religion judaïque devenues absolument caduques, à une période où une caste sacerdotale formait comme un écran, une séparation, un obstacle infranchissable entre l’homme et le divin.

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

L'homme, n'a donc plus besoin d'intermédiaires,

n’est plus dépendant, exclusivement,

d’un clergé pour s'approcher du trône de la Divinité. 

 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

Aujourd’hui,  chacun peut accéder au Sanctuaire, franchir et passer au-delà le voile qui a été déchiré de haut en bas lors du Vendredi Saint [4] : « Christ est mort pour nous. A bien plus forte raison, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons–nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à bien plus forte raison, étant réconciliés, serons–nous sauvés par sa vie. Plus encore, nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus–Christ par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. » (Romains V, 8-11).

L'homme, n'a donc plus besoin d'intermédiaires, n’est plus dépendant, exclusivement, d’un clergé pour s'approcher du trône de la Divinité, Jésus-Christ s'est chargé d'abattre les bornes, limitations et écrans matériels qui nous séparaient du Sanctuaire : « La grâce de Dieu qui apporte le salut est apparue à tous les hommes » (Tite II, 11).

 

 

IV. Entrée dans le « Royaume » céleste

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

« Unité dans tout ce que nous sentons

être propre à nous purifier,

à nous alléger de ce bas monde,

et à nous avancer dans notre royaume

qui est le royaume de l'esprit, et le royaume de Dieu ;

voilà la loi que nous devons nous imposer. »

(Le Nouvel homme § 21).

 

Ce Sanctuaire du ciel - car il est céleste en sa nature et sa dimension, ne se trouvant que dans le cœur de l’homme -, c’est le « Royaume », là où se célèbrent les cérémonies éternelles consacrées à chanter la Gloire de Dieu, Temple invisible aux yeux de chair, éloigné des sphères corrompues de ce monde, « Royaume » dont les portes ont été ouvertes par le Divin Réparateur [5].

Et nous savons ce qu’il convient de faire pour pouvoir y entrer dans ce « Royaume céleste »,théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile Royaume de Dieu qui n’est autre que celui de l’esprit : « Ainsi, unité dans l'amour, unité dans l’œuvre de la pénitence, unité dans l'humilité, unité dans le courage, unité dans la charité, unité dans le dépouillement de l'esprit de la terre, unité dans la résignation, unité dans la patience, unité dans la soumission à la volonté suprême, unité dans le soin de nous revêtir de l'esprit de vérité, unité dans l'espérance de recouvrer les biens que nous avons perdus, unité dans la foi que notre volonté purifiée et unie à celle de Dieu doit avoir son accomplissement dès ce monde, unité dans la détermination à dissiper les ténèbres de l'ignorance dont notre séjour nous enveloppe, unité dans la vigilance, unité dans la constance à la prière, unité dans la continuelle culture des écritures saintes, enfin unité dans tout ce que nous sentons être propre à nous purifier, à nous alléger de ce bas monde, et à nous avancer dans notre royaume qui est le royaume de l'esprit, et le royaume de Dieu ; voilà la loi que nous devons nous imposer. » (Le Nouvel homme § 21). 

V. Le « Royaume » divin n’est pas de ce monde

Dans son Portait historique et philosophique, Saint-Martin nous livre une remarque saisissante à propos de la signification du passage de l’Évangile dans lequel le Divin Réparateur affirme : « Mon Royaume n’est pas de ce monde » (Jean XVIII, 36).

Voici ce qu’écrit le Philosophe Inconnu : « ‘‘Mon royaume n'est pas de ce monde’’. Cette vérité évangélique n'a pas tombé à mon égard sur les seules cupidités mondaines dont je me suis en effet peu soucié, mais aussi sur les diverses cupidités spirituelles inférieures où j'ai vu les hommes se précipiter comme par torrent et qui étaient bien au-dessous du poste qui m'attrayait. J'ose croire même que ce poste était le vrai sens du passage évangélique ci-dessus, puisque je vois sans cesse St. Paul, et tous les prophètes, ne pas lui donner une autre explication. Comment donc aurais-je pu m'arrêter à toutes les révolutions spirituelles que j'ai vu se passer de mon temps, elles me parlaient bien, comme tout spiritualiste, de celui dont le royaume n'est pas de ce monde, mais elles ne me menaient pas à ce royaume, et aussi en effectivité elles se contentaient presque toujours de la figure, et tout en disant que ce royaume n'était pas de ce monde, elles s'établissaient cependant dans ce monde par toutes leurs spéculations rétrécies, par leurs phénomènes inférieurs, et en courbant sans cesse l'esprit des Écritures sur des évènements temporels, lui, qui comme les cèdres du Liban, ne tend qu'à porter sa tête majestueuse jusque dans le ciel des cieux. » (Portrait, § 29, « Mon Royaume n’est pas de ce monde »).

De quoi nous entretient Saint-Martin, lorsqu’il évoque les « diverses cupidités spirituelles inférieures où j'ai vu les hommes se précipiter comme par torrent », dont il soutient qu’elles sont, ces diverses cupidités, « bien au-dessous du poste » qui l’attraie ?

Eh bien, l’auteur  Des erreurs et de la vérité,  n’évoque rien moins dans ce passage, sous le nom de « poste qui l’attraie », que les réalités divines du Royaume céleste, c’est-à-dire celles relatives à la région située « hors de ce monde » matériel, dont nous savons qu’elles consistent principalement à célébrer - Adam étant prêtre depuis l’origine, et ce dès le moment où il fut émané -, le culte primitif et originel rendu parfait par le Divin Réparateur après sa venue parmi nous. L’exercice du service sacerdotal est, en effet, le « poste », ou, pour l’exprimer différemment, le « ministère » dévolu à tous les fils d’Adam, qu’ils ont a effectué s’ils veulent participer de la vie du Royaume.

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

«Le Seigneur n’habite pas dans des temples faits par la main des hommes…»

(Actes des Apôtres XVII, 24).

 

Ce « ministère », que se doit d’exercer « l’homme esprit », formant la vocation par excellence des membres de l’Église intérieure, est entièrement consacré à l’adoration de l’Éternel, complétée par la fraction du « Pain » opérée de manière mystique, Église intérieure qui fut consacrée et voulue par Dieu dès le repentir d’Adam, puis parfaite et sanctifiée en vue de la restauration universelle par Jésus-Christ, de sorte quelle puisse perdurer à travers les âges afin de conserver et préserver les éléments spirituels les plus élevés, destinés aux âmes de désir animées d’un cœur pur, en étant dépositaire de par son élection, des mystères de la Révélation.

De ce fait, le seul vrai Temple est, non pas semblable aux établissements composés de matériaux tirés du règne minéral ou végétal, construits laborieusement à l’aide de pierres taillées ou de bois sculptés, mais consiste en un tabernacle unique, à savoir le « cœur de l’homme », car, comme y insiste l’Écriture explicitement : « Lui qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas dans des temples faits par la main des hommes ;il n’est pas servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et toutes choses. » (Actes des Apôtres XVII, 24-25).

VI. Le culte d’adoration « en esprit »

Ceci explique pourquoi, si le culte « en esprit », l’authentique « culte divin » intérieur, n’est plus lié aux formes matérielles de la vie selon l’externe, il participe dès lors d’un tout autre type de « sensibilité », celle-ci étant entièrement nouvelle puisqu’elle n’est tournée, uniquement et de façon plénière, que vers la vie intime de notre âme : « Oui, le culte intérieur est sensible, il l'est surement plus que le culte extérieur ;  mais il l'est d'une autre manière.  Le culte matériel est pour les sens de la forme, le culte spirituel pour les sens de l'âme ;  le culte divin et intérieur est pour la vie intime de notre être. »  (L’Homme de désir, § 123)

De quelle façon se déroulera le culte d’adoration « en esprit et en vérité » ? 

Voici la réponse que nous donne Saint-Martin : « Ô mon ami, allons ensemble dresser les autels au Sei­gneur ; va d'avance préparer tout ce qui nous sera nécessaire pour célébrer dignement les louanges de sa gloire et de sa majesté ; sers d'organe à mon œuvre pour l'annoncer au peuple, comme j'en dois servir à la Divinité pour annoncer à toutes les familles spirituelles les mouvements de la grâce, et les vibra­tions de la lumière. Et toi, Dieu de ma vie, s'il te plaît jamais de me choisir pour ton prêtre, que ta volonté soit faite ! Toutes mes facultés sont à toi. Je me prosternerai dans mon indignité en recevant le nom de ton prêtre et de ton prophète : aide-moi seulement à ne pas rendre tes grâces impuissantes, et à briser en moi tous les écueils que mes iniquités et mes faiblesses ont semés devant mon élection. Je n'oserai jamais de moi-même te demander que ta main reposât sur moi ; mais si par ta pure mu­nificence tu veux bien faire reposer ta main sur moi, je n'aurai aucun doute que tu n'opères dans mon être tout ce qui lui manque pour être utile à tes desseins, et je n'ai dans ce moment d'autre soin à prendre que de t'offrir le dévouement de ma fidélité à ton service, et une universelle soumission à toutes les conditions que tu voudras mettre à notre alliance. » (Le Nouvel homme, § 3).

VII. La célébration liturgique du culte « en esprit »

théosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

 

théosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

 

« Cette cérémonie religieuse, considérée dans sa sublimité,

peut devenir dans nous, en réalité,

une production, une émanation, une création,

une régénération, ou une résurrection universelle et perpétuelle ;

et elle peut, dis-je, nous transformer en royaume de Dieu,

et faire que nous ne soyons plus qu'un avec Dieu. » 

(Le ministère de l’homme esprit,Seconde partie, « De l'Homme »).

 

Le culte divin dans le cœur de l’homme, n’est pas une « messe » au sens habituel du terme – même sous sa forme intérieure - mais bien un culte d’adoration « en esprit et en vérité », ce qui est tout différent.

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileCe culte conserve de la liturgie primitive de l’Église son caractère d’extrême simplicité, mais, surtout, est fidèle à son aspect entièrement improvisé, quasi spontané et immédiat, puisque, comme nous le savons, ce n’est que fort tardivement que l’Église institutionnelle fixa les formes de sa liturgie pour définir le canon « officiel » du culte divin [7], alors que chaque croyant dans les premiers siècles du christianisme, en son cœur, savait pouvoir accéder directement au Sanctuaire céleste : « Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et vous l’aurez » (Jean XV, 7).

Il importe donc, selon Saint-Martin, de constamment fonder notre édifice spirituel sur la base de notre cœur en perpétuelle purification et immolation : « Malheur à celui qui ne fonde pas son édifice spirituel sur la base solide de son cœur en perpétuelle purification et immolation par le feu sacré. » (Portrait, 427).

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

« Le culte matériel est pour les sens de la forme,

le culte spirituel pour les sens de l'âme ;

le culte divin et intérieur est pour la vie intime de notre être.»

(L’Homme de désir, § 123).

 

Par ailleurs, il convient d’être conscient que, pour être intérieur, il s’agit pourtant bien d’un culte authentique, non de littérature, de digressions analytiques ou théoriques, car le propre de la pensée de Saint-Martin est de nous permettre d’accéder au Sanctuaire, non de nous le faire seulement contempler de loin, en nous en laissant à distance, dans l’éloignement de sa vérité concrète.

Cependant, et il importe d’y insister absolument, le culte de l’Église intérieure diffère considérablement des cérémonies selon l’externe. En effet, par delà le fait qu’il ne se célèbre pas en assemblée et est réservé au Temple du cœur, ce culte comporte également plusieurs éléments principaux constituant une dissemblance notable d’avec la liturgie ecclésiale des églises d’Orient ou d’Occident :

-          S’Il se célèbre selon l’interne, cela signifie que le culte de l’Église intérieure s’opère dans le silence et l’invisibilité stricte ;

-          Le culte intérieur est de dimension purement immatérielle et strictement spirituelle, ainsi, l’âme de désir prendra soin d’être vigilante au moment où le célébrant, en lui-même, présentera en son cœur  les saintes espèces en les élevant en esprit vers l’invisible, sur l’aspect strictement et essentiellement céleste des substances de la consécration [8].

-          Pour être uniquement célébré « en esprit », le culte intérieur est néanmoins « sensible », c’est-à-dire qu’il intervient directement, et même de façon plus vive encore, sur l’âme, exerçant une impression d’une force supérieure au culte externe. On se gardera donc de ne pas y être attentif, comme nous le rappelle Saint-Martin : « Oui, le culte intérieur est sensible, il l'est sûrement plus que le culte extérieur ; mais il l'est d'une autre manière. Le culte matériel est pour les sens de la forme, le culte spirituel pour les sens de l'âme ; le culte divin et intérieur est pour la vie intime de notre être.» (L’Homme de désir, § 123).

-          D’autre part, souvenons-nous, que le culte intérieur permet d’accéder à la substance la plus intime du Divin Réparateur, celle que désignera sous le nom de « nourriture de la Foi » Nicolas-Antoine Kirchberger (1739-1799) : « Vous me demanderez peut-être ce que c’est que cette boisson divine ? Promettez-moi qu’aucun regard profane ne verra jamais ces lignes, et alors je vous dirai, cette eau qui seule peut désaltérer la soif de votre âme, est l’humanité sainte, le corps glorieux de Notre Seigneur, ce n’est pas seulement un esprit mais une substance essentielle sous l’enveloppe angélique de l’Elément pur, qui peut être vu, touché, et senti (Luc, XXIV, 39). Cette substance si subtile qu’elle peut traverser les corps les plus opaques, comme les rayons du soleil traversent une glace transparente […], peut tantôt se montrer, tantôt se dérober à votre vue (Luc, XXIV, 31). C’est cette substance qui fait la véritable nourriture de la Foi. Notre Seigneur lui-même nous révèle ce grand mystère (Jean, VI, 51).» [9]

-          Ainsi, nulle formule mécanique, nul texte rédigé ou écrit par avance n’est nécessaire, il suffit simplement de laisser le Divin Réparateur prier en nous : « La seule prière que nous aurions à faire ce serait de travailler continuellement à ne pas empêcher de prier en nous celui qui ne peut cesser de prier pour nous, soit en nous, soit hors de nous. Car c'est en nous qu'il aime le mieux prier, puisque nous sommes son oratoire, mais quand nous ne lui laissons pas l'accès libre, il va prier hors de nous et il emporte sa paix avec lui. » (Portrait, 635) ; « Combien la prière de l'homme intérieur est au-dessus des prières de formules.» (Pensées sur l'Ecriture sainte, [310]).

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

théosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

 

Après-quoi, entrons religieusement dans le « mystère liturgique de l’Église intérieure », avec une attitude de piété, de ferveur spirituelle, et dans un sentiment de sainte et bienheureuse foi en l’efficacité de l’œuvre réparatrice du Divin Maître, en sortant « hors du camp », pour offrir à Dieu notre sacrifice de louange : « Sortons donc hors du camp pour aller à lui, en portant son opprobre. Car nous n’avons pas ici de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir. Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est–à–dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. » (Hébreux XIII, 13-15).

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

Le culte ‘‘en esprit’’

dans

le Sanctuaire du cœur 

La « descente de l’Esprit » dans l’âme

 

Ce qui advient ensuite relève du mystère le plus pur, et conduit jusqu’à la « Communion sacramentaire ». Le dévoilement de ce mystère forme la partie proprement dite du « culte en esprit », selon l’ordre suivant provenant de la liturgie de la primitive Église :

 

Célébration du culte ‘‘en esprit’’ dans le Sanctuaire du cœur

a) Mise en présence de Dieu

b)  L’éloignement des choses sensibles et l’anéantissement de la matière

c)  Abandon de l’esprit en Dieu

d)  Ordination de l’âme en tant que « prêtre du Seigneur »

e)  Consécration, « en esprit », des saintes espèces

f) La fraction mystique du pain et l’offrande du calice afin de remonter vers « l’élément pur »

 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

 

« + Consummatum est + »

 

g) Communion sacramentaire

h) Méditation et action de grâce

 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

Il s’agit dès lors, non d’un exposé théorique, mais d’une pratique - exposée en détail dans  « Le culte ‘‘en esprit’’ de l’Église intérieure » -que chacun pourra mettre en œuvre en son cœur, c'est-à-dire un culte – « cœur du mystère » de l’Église intérieure » - qui s’inscrit dans la continuité du culte primitif qui ne cessa, parmi les élus du Seigneur, d’être célébré à toutes les périodes à travers les siècles, se poursuivant, depuis la venue du Divin Réparateur, en ayant été perfectionné par l’effet de la loi de grâce [10].

 

théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

Le culte  de  l’Église intérieure a pour fonction,

d’hâter le temps de la réconciliation universelle,

et de porter les âmes des justes à goûter les joies célestes.

 

Ce culte a pour fonction, d’hâter le temps de la réconciliation universelle, et de porter les âmes des justes à goûter les joies célestes, et profiter du repos qui attend l’homme après la consommation de la durée impartie à ce monde d’expiation : « Le culte pur aura conduit les hommes justes aux joies célestes et au repos de leur âme. Le culte impur aura conduit les impies à la rage, à la fureur et au désespoir. Les fruits seront cueillis ; on n'en sèmera plus, parce qu'il n'y aura plus de terre : tout est consommé. Oui, au nom du Réparateur, tout fléchira le genou dans les cieux, dans la terre et dans les enfers. On fléchira le genou à ce nom dans les cieux, pour célébrer sa gloire et les merveilles de sa puissance. On fléchira le genou à ce nom sur la terre, parce qu'il nous aura préservés et délivrés des mains de notre ennemi. On fléchira le genou à ce nom dans les abîmes, parce qu'on y frémira de terreur en éprouvant les effets de son pouvoir. » (L’Homme de désir, § 136).                          

Conclusion

C’est sans doute la première fois que des indications de cette nature sont offertes aux âmes de désir, chacun saura donc évaluer, et percevoir comme il se doit, le caractère tout à fait exceptionnel des indications délivrées et révélées, qui participent véritablement du dévoilement du « mystère » le plus central et le plus secret de l’Église intérieure, puisque touchant directement à la célébration de son culte secret, invisible aux yeux charnels, mais dont les fruits sont si importants pour la vie de l’Esprit cheminant dans la voie selon l’interne.

Ainsi, l’homme nouveau suivra les traces du Divin Réparateur : « Il n'aura, dis-je, le vif espoir que cette réunion obtiendra plus facilement la mani­festation des puissances divines, et que par là s'accroîtra le nombre des adorateurs du vrai Dieu. L'homme nouveau ne fera en cela que marcher sur les traces du Réparateur dans toute la conduite qu'il a tenue envers ceux qui l'ont fréquenté, et sollicité pendant son séjour sur la terre » (Le Nouvel homme, § 42), il invitera les « amis de l’œuvre de la Vérité » à se joindre à lui pour dresser des autels au Seigneur afin d’y célébrer le culte divin où le « pain » et le « vin », spirituellement, seront consacrés et présentés en offrandes perpétuelles afin que l’homme soit réuni, par grâce et éternellement, à son « Principe ».

 théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile

 

Pour commander le livre :

Le culte ‘‘en esprit’’

de l’Église intérieure

Éditions La Pierre Philosophale, 262 pages.

 

 

Notes.

1. Voir : L’Église et le sacerdoce selon Louis-Claude de Saint-Martin, - 4. L’Église intérieure selon le Philosophe Inconnu, édification mystique de l’Église céleste dans le cœur de l’homme - II. Enfantement de l’Église intérieure ; a) « S’attendre à la grâce », ou la voie du pur abandonb) Le divin engendrement obtenu par l’effet de la grâce seule - également : « Appendice II. La question de la grâce divine », La Pierre Philosophale, 2013, pp. 193-212 ; 339-361.

2. théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileNous savons le lien de Saint-Martin avec Jacob Boehme (1575-1624), mais il ne faut pas oublier l’immense intérêt du Philosophe Inconnu pour les écrits de ses disciples, qui développèrent sa pensée en lui donnant une traduction concrète, si l’on peut dire pour des domaines à ce point élevés et si distants des régions matérielles, en proposant une authentique démarche religieuse à la suite des visions du penseur de Görlitz, disciples parmi lesquels il convient de citer Johan Georg Gichtel (1638-1710), Jane Lead (1623-1669), John Pordage (1608-1681), Gottfried Arnold (1664-1714) et William Law (1686-1761), ou encore Johannes Kelpius (1673-1708), esprit extraordinaire qui termina son existence en ermite dans une grotte sur les bords du Wissahickon en Pennsylvanie, à l’origine d’une petite communauté mystique désignée sous le nom de Society of the Woman in the Wilderness.

3. On notera, à cet égard, chez Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), une sensibilité assez voisine : « Principe Suprême de tout ce qui existe, ton saint Temple n’est point dans cette région inférieure et matérielle et souillée ; ton trône est supérieur même aux régions célestes, et tu en as imprimé le sentiment intime dans le cœur de l’homme. » (J.-B. Willermoz, Mes pensées et celles des autres, 15 avril 1788).

4. Le fait est rapporté de la façon suivante par les trois évangiles synoptiques : «Jésus poussa de nouveau un cri d’une voix forte et rendit l’esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas ; et la terre trembla, et les rochers se fendirent » (Matthieu XXVII, 51) ; « Et le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas » (Marc XV, 38) ;  « Et le soleil fut obscurci, et le voile du temple se déchira par le milieu » (Luc XXIII, 45).

5. À propos de cette expression fréquemment employée de « Royaume », il convient d’être attentifthéosophie,jean-marc vivenza,vivenza,saint-martinisme,louis-claude de saint-martin,jean-baptiste willermoz,église,oraison,eucharistie,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangile aufait,  que Dieu, en sa vérité intrinsèque, n’est pas, formellement parlant, un « Roi céleste », cela c’est du mythe pur, de l’imagerie enfantine simpliste. Dieu est présent, par présence infinie, en tout point de l’espace et du temps, tout en étant, et en cela réside le paradoxe incompréhensible, totalement autre, il est le « Tout Autre », puisque, par son immatérialité, il ne réside en aucun point de ce temps et de cet espace matériels.

Dieu ne siège donc pas sur un « trône de gloire » dans les nuages, il est, en son intime substance, un mystère indicible comme le rappelle avec justesse saint Thomas d’Aquin (+1274) : « L’essence  divine, par son immensité, surpasse toutes les formes que notre intelligence peut atteindre ; et on ne peut donc pas l’appréhender en sachant ce qu’elle est.» (Summa contra Gentiles, I, XIV). Et c’est pourquoi, le plus haut savoir auquel on puisse accéder en mode religieux, est un savoir « négatif », car si Dieu est illimité, s’il est sans forme et sans corps, en tant qu’il est un pur « Esprit », alors la connaissance que nous pouvons avoir de Lui en notre état de créature, ne peut passer, pour nos intelligences limitées, que par une véritable « nuit de l’esprit ».

6. Antoine Esmonin, marquis de Dampierre (1744-1824), écrivait, à propos de la nécessité de la célébration du culte divin dans le cœur de l’âme de désir : « C'est une vérité certaine que Jésus-Christ est venu rapporter sur la terre le culte Saint et véritable que nous devons à Dieu. II est donc nécessaire de nous attacher à ce culte seul digne de l'être infiniment adorable.Le verbe indivisible de Dieu, est renfermé dans l'essence infinie de la divinité, et il y sacrifie sans cesse par amour, tout ce qu'il reçoit de son père, qui, par un amour réciproque, lui donne tout. C'est par ce sacrifice, que se prouve un amour éternel, qui est le lien ineffable de cette unité. Unité incompréhensible, qui se suffit à elle-même, et qui est indépendante de toute autre chose. Or il est indubitable que le sacrifice éternel qui se fait en Dieu, est le modèle et la mesure de tous les sacrifices possibles pour tous les êtres appelés par amour à recevoir l'existence. C'est pour ce sacrifice, que cette existence devait être entretenue, cultivée, jusqu'à-ce qu'elle fut éternisée . (…) C'est dans ce but qu'il lui fut donné un roi et un prêtre à l'image divine, qui étant lui-même toujours en adoration, put recevoir pour cet être l'hommage qu'il rendrait à son Créateur. Le prier, l'adorer, contempler ses merveilles fut dès-lors pour cet être le moyen de communiquer avec la source ineffable de toutes choses. Ainsi la prière, l'état d'adoration, de contemplation. et de sacrifice est la base fondamentale sans laquelle il ne peut y avoir d'union entre l'infini et le fini. Comment, par exemple, sans la prière du cœur, pourrons-nous être éclairés, connaître la volonté de Dieu, et recevoir les forces pour l'exécuter.» (Antoine Esmonin, marquis de Dampierre, Vérités divines pour le coeur et l'esprit, «Discours XVII», Daniel Pétillet, Lausanne, 1823).

7. Dans les premiers temps de l’Église, la liturgie était largement improvisée, la plupart des prières n’ayant pas encore été fixées par une quelconque autorité magistérielle. Lorsque saint Justin Martyr (+ v.168), dans sa première Apologie, décrit par exemple l'eucharistie telle qu’on la célébrait à Rome vers l'an 150, on est frappé de constater l’extrême simplicité du culte, dont la liturgie du Vendredi Saint, selon l’ancien Ordo Missae de l’Église romaine d’avant 1962, conserve d’ailleurs la mémoire. Il faudra attendre seulement le IIIe siècle, pour que saint Hippolyte (+235), dans sa Tradition apostolique, recommande des formules de prières pour la liturgie sacramentelle (messe, ordination, etc.), quoique sans qu’aucune obligation ne s’impose pour autant au fidèles. Et ce n’est que lors des deux synodes de Carthage - (397) et (407) -, que fut interdit l’usage de formules n’ayant pas fait l’objet d’approbations officielles. Saint Justin Martyr, d’après le dit « schéma Justinien », expose la façon dont se déroulait primitivement le culte : « Le jour qu'on appelle jour du soleil, tous, qu'ils habitent les villes ou les campagnes, se rassemblent en un même lieu. On lit alors les Mémoires des Apôtres ou les Écrits des Prophètes aussi longtemps que le temps le permet. Quand le lecteur a terminé, celui qui préside prend la parole et exhorte à imiter ces beaux enseignements. Nous nous levons ensuite tous ensemble et nous prions. Puis, comme nous l'avons dit plus haut, lorsque la prière est terminée, on apporte du pain, du vin et de l'eau. Le président fait alors des prières et des actions de grâces autant qu'il peut. Et tout le peuple répond par l'acclamation : Amen ! » (Cf. Justin Martyr, Apologie, 67, Édition Charles Munier, in Saint Justin, Apologie pour les chrétiens, Fribourg, Éditions universitaires, coll. Paradosis 39).

8. théosophie,église,philosophie,illuminisme,métaphysique,sacerdoce,prêtre,sanctuaire,willermoz,saint-martin,prière,oraison,réintégration,pasqually,élus coëns,ésotérisme,théologie,cène,mystique,spiritualité,martinisme,franc-maçonnerie,religion,liturgie,culte,célébration,messe,évangileIl est à noter, par delà la question doctrinale touchant à la thèse dualiste - d’ailleurs beaucoup plus subtile et complexe qu’il n’y parait -, qu’une pratique très spiritualisée de la Cène, désignée sous le nom de « pain super-substantiel » ou Pain de l’Oraison - rappelant d’ailleurs fortement les pratiques de l’Église primitive en se situant à une très grande distance de la théologie de la transsubstantiation eucharistique et en rejetant tout attachement aux espèces naturelles, niant, par refus de sacraliser une matière visible, que du pain et du vin composés d’éléments terrestres puissent se transformer en corps et sang du Christ lors de la consécration par un prêtre pendant la messe, théologie sacramentaire de la transsubstantiation que le concile du Latran (1215) allait définir et imposer en Occident -, se développa au moyen âge au sein d’un courant religieux connu sous le nom générique inventé par l'abbé Eckbert von Schönau († 1184) de «catharisme », nom tiré de son Liber contra hereses katarorum (1164) rédigé à l’aide de citations empruntées au De haeresibus de saint Augustin († 453). Le Rituel de Florence déclare, ne s’intéressant qu’au pain immatériel, la « vraie nourriture de l’âme » contrairement au pain constitué de froment provenant de la terre : « Le pain super-substantiel que le chrétien demande aujourd’hui, c’est la loi du Christ, qui a été donnée à tous les peuples… Nous participons tous à ce même pain et à ce même calice (1 Cor. X, 16-17), et cela signifie que nous participons au même sens spirituel de la loi, des prophètes et du Nouveau Testament. Il dit : ‘‘Prenez et mangez, ceci est mon corps qui va être donné pour vous’’. Cela veut dire : ces préceptes spirituels des anciennes Écritures sont mon corps, c’est pour vous qu’ils seront transmis au peuple… » (Cf. Rituel cathare, Sources chrétiennes, Cerf, 1977 & R. Nelli, Écritures cathares, Le Rocher, 1995). 

9. Lettre d’Antoine-Nicolas Kirchberger à Gertrude Sarasin, le 17 janvier 1795. 

10. Jean-Baptiste Willermoz, dans l’Instruction secrète des Profès, précise également que le « vrai culte », jamais ne cessa d’être célébré et que toujours, les élus offrirent un pur encens au Seigneur : «Depuis le commencement, le vrai culte n’a pas cessé un instant d’être offert parmi les hommes, sur des autels agréables à à la Divinité. Il y a toujours eu dans les diverses régions de la terre des élus, qui ont présenté à l’Eternel en toute sainteté un encens pur et digne de lui, comme vrais représentants de la famille humaine, au nom et en faveur de laquelle ils imploraient la Bonté et la Clémence divine. (…) D’ailleurs, vous n’ignorez point que pour conserver le vrai culte dans l’Univers et sur la terre, une puissance ineffable y a été envoyée par décret de la miséricorde infinie, et qu’après avoir régénéré l’alliance entre Dieu et l’homme, elle ne cesse de vivifier dans la postérité humaine un culte qui n’a de valeur que parce que cette puissance toute divine est elle-même le grand prêtre qui présente à l’Eternel les offrandes pures des hommes de désir.» (Instruction secrète,  MS 5475 pièce 2, Bibliothèque Municipale de Lyon).